Message au monde

Mademoiselle Li, avec mon aide, a souhaité adresser un Message au monde. Un extrait de ce message a paru dans La Couronne et les virus (pp.197-201). Voici le texte complet.

Après une Introduction, il comporte un Poème, un Message et une Vision.

Le texte complet peut être téléchargé ici.

Message au monde

Introduction

En l’an trois de la présidence de Donald Trump aux États-Unis et l’an sept de la présidence de Xi Jinping en Chine, alors qu’un virus violent se répandait sur toute la Terre, la Voix du Vivant proclama:

Écoutez tous citoyennes et citoyens de Babylone et de Beijing, de Berlin et de Buenos Aires:

Au milieu de la terreur, la Beauté s’approche de vous.

« Cela ne me concerne pas », me suis-je dit. Mais l’écho de cette Voix résonna en moi.

Toi aussi, écoute et parle, n’aie pas peur.

« Qui suis-je pour m’adresser au peuple ? ai-je répondu.

Lao-Tseu n’a pas enseigné pour rien: Qui sait ne parle pas et qui parle ne sait pas.

Et de toute manière, personne ne m’écoutera, envoie quelqu’un d’autre.

Un poète taoïste, suite au drame mondial qui s’est propagé depuis Wuhan, l’a bien dit:

Aujourd’hui le peuple agit sans vertu

Et blasphème contre les Cieux et la Terre

Dans le monde des humains, la cupidité a pris le dessus

Et plus rien n’est dans un état normal

J’entendis alors un silence saisissant, comme celui qui résonne d’un ciel étoilé. Et des profondeurs de la nuit, je crus entendre l’écho d’une voix. Était-ce celle du Vivant ou la mienne ? Le Tao ou Dieu seul le sait. 

Or elle murmurait des paroles mystérieuses.

Poème

Appel du Vivant

א

Agapè

Beauté et Bonheur

*

Courage Création en Crise

Debout les Dominées, les Destructeurs seront Dévastés !

La couronne de Vie est pour les combattants des virus

*

Écoutons Ensemble

la Voie, la Vérité, la Vie

dans la Fissure de nos Familles et de nos Fédérations

La Générosité et la Grâce seront nos Guides

L’Honneur est pour les Humbles, la Honte pour les Humiliants

La couronne de Vie est pour les combattants des virus

*

Ismaël est en colère contre Israël

Jérusalem la Jolie est à nouveau Jugée

Kadosh Kadosh Kadosh

Saint Saint Saint

chantent les messagers

au milieu des Louanges et des Lamentations

d’une Terre sainte et prostituée

La couronne de Vie est pour les combattants des virus

*

Metanoia

changez radicalement

Négateurs du sacré et idolâtres des Nations

En Occident comme en Orient

Le Profit, le Pouvoir et la Pollution ont tout perturbé

La couronne de Vie est pour les combattants des virus

*

Pas de Quiétude

sans Retour à la Rivière

Silence ! Suiveurs de Songes

Dans nos Tempêtes, la Tranquillité est dans le Tao et la Trinité,

par l’Union de nos diversités

La couronne de Vie est pour les combattants des virus

*

Le Veau d’or et les Vices

ont envahi

Wall Street et le Web

Wu-wei

n’accaparez pas le pouvoir et l’argent

Xénophilie

aimez l’étranger qui s’intègre

et Yin et Yang

harmonisez le Ciel et la Terre

tels sont les chemins vers

Zoé

la vie éternelle

* * *

Message

À tous les citoyens et citoyennes de la Terre

Einstein l’a dit. Écoutez-le !

«Si l’on sépare le judaïsme des prophètes, et le christianisme tel qu’il fut enseigné par Jésus-Christ de tous les ajouts ultérieurs, en particulier ceux des prêtres, il subsiste une doctrine capable de guérir l’humanité de toutes les maladies sociales.»

À tous les gouvernants de la Terre

François d’Assise l’a dit. Écoutez-le !

«Votre serviteur dans le Seigneur vous souhaite à tous salut et paix. Réfléchissez et voyez que le jour de la mort est proche. Je vous en prie donc, avec respect et comme je le peux : que les sources et les préoccupations de ce monde ne vous fassent pas oublier le Seigneur, ni ne vous écartent de ses commandements. (…) Au milieu du peuple qui vous a été confié… rappelez chaque jour à la population que louanges et actions de grâces sont pour le Vivant, le Dieu tout puissant.»

À tous les artistes et poètes de la Terre

Marc Chagall l’a dit. Écoutez-le.

« Depuis ma plus tendre enfance, j’ai été captivé par la Bible. Il m’a toujours semblé être, et cela est vrai encore aujourd’hui, la plus grande source de poésie de tous les temps. »

À tous les philosophes et éthiciens de la Terre

Jean-Jacques Rousseau l’a dit. Écoutez-le.

« Je ne sais pourquoi l’on veut attribuer au progrès de la philosophie la belle morale de nos Livres. Cette morale, tirée de l’Évangile, était chrétienne avant d’être philosophique. Les chrétiens l’enseignent sans la pratiquer, je l’avoue ; mais que font de plus les philosophes, si ce n’est de donner à eux-mêmes beaucoup de louanges… L’Évangile seul est, quant à la morale, toujours sûr, toujours vrai, toujours unique et toujours semblable à lui-même. »

À tous les écrivains de la Terre

Johann Wolfgang von Goethe l’a dit. Écoutez-le.

« La culture spirituelle aura beau progresser, les sciences naturelles auront beau croître en étendue et en profondeur, et l’esprit humain s’élargir autant qu’il voudra : il ne dépassera jamais la sublimité et la culture morale du christianisme telles qu’elles transparaissent et resplendissent dans l’Évangile. »

À tous les éducateurs de la Terre

Victor Hugo l’a dit. Écoutez-le.

« Le livre le plus philosophique, le plus populaire, le plus éternel, c’est l’Écriture sainte. Ensemencez les villages d’évangiles. Une Bible par cabane. »

À tous les humoristes de la Terre

Louis de Funès l’a dit. Écoutez-le.

« Jésus était le compagnon radieux de mon enfance, c’est le compagnon radieux de ma vie professionnelle et de ma vie tout court. Selon les images de mon catéchisme, c’était toujours quelqu’un de très frêle, blond et l’on sentait qu’au moindre coup de vent, il s’envolerait. Je crois moi que c’était un meneur d’hommes, et moi, je le vois riant beaucoup ! »

À tous les chrétiens de la Terre

Isaac Newton l’a dit. Écoutez-le.

« L’amour de Dieu et du prochain est la partie principale de la religion des chrétiens. (…) Après avoir été baptisés, nous devons vivre selon les lois de Dieu et les lois du roi, grandir dans la grâce et la connaissance de notre Seigneur Jésus Christ, ne pratiquer que ce que nous avons promis avant le baptême, en étudiant les Écritures et en nous exhortant à la charité, sans imposer nos opinions privées ni nous quereller en leur nom. »

* * *

Vision

Confinée à Paris dans l’Île-de-France, le messager de la Lumière me fit voir le monde d’après. Levant les yeux, je vis un être semblable à un homme. Sur sa tête était posée une couronne d’épines, mais sa tête resplendissait comme mille soleils. Il me dit : 

« N’aie pas peur. Je suis le premier et le dernier. Je suis le Vivant. J’étais mort, mais maintenant je suis vivant pour toujours. Je détiens le pouvoir sur la mort et le monde des morts. Écris donc ce que tu vois… »

En esprit, je fus transportée dans toutes les Babylone de la Terre : Beijing et Washington, Rome, Jérusalem et la Mecque, Moscou et Istanbul, Lagos, Tokyo et Dehli…

Tous les vices du monde y étaient concentrés : dominations, mensonges, diffamations, abus de pouvoir, infidélités, perversités, prostitutions, escroqueries… le tout enrobé dans de beaux discours plein de miel et de fiel pour cacher les vices. Tous les malheurs du monde aussi y étaient concentrés : violences, misères, divisions, haines, abandons, exploitations, destructions…

J’en fus horrifiée, dégoûtée, accablée. Et j’ai eu envie de fuir.

Mais le messager me fit voir des dizaines, puis des centaines, puis des milliers, puis des millions de témoins de la Lumière. Ensemble et dispersés, ils formaient une communauté messianique rayonnante. Sur les places publiques, ces témoins appelaient avec persévérance les grands et les petits à changer de mentalité et de comportement.

Ils criaient : 

« Cessons de blasphémer contre le Ciel et la Terre ! Le temps des souffrances a assez duré ! »

Mais la plupart des passants continuèrent leur chemin, sans s’arrêter. Des enfants se mirent à les écouter et à interpeller leurs parents. « Papa, maman, arrêtez-vous ! » Et quelques-uns firent une pause. Les uns pour quelques minutes. D’autres pour un temps plus long.

En voyant ceux qui s’étaient arrêtés, mon cœur fut réjoui. « L’appel au shabbat a été entendu ! » ai-je crié.

Mais le messager de la Lumière, le regard triste, posa sa main sur mon épaule. Il me dit : « Vois ».

Et là je vis s’activer et s’invectiver 10, 100, 1000, 1 million, 1 milliard de personnes. Ils couraient dans tous les sens et rien ne pouvait les arrêter. Leurs machines conquérantes abimaient tout sur leur passage. Idolâtries et blasphèmes se multiplièrent. De tous les endroits de la Terre, des milliards d’enfants, d’animaux, d’insectes, de végétaux… suppliaient le Ciel pour que cela s’arrête. Mais le Ciel semblait sourd.

Et je me suis mise à pleurer. Mais le messager me fit voir avec les yeux de l’apôtre visionnaire (note 1).

Je vis alors quatre chevaux courir à travers les rues de Babylone. Le premier était blanc et portait le nom de «Conquête». Le second était rouge et portait le nom de «Guerre». Le troisième était noir et portait le nom de «Famine ». Et le quatrième était de couleur pâle et portait les noms : «Épidémie et Mort».

J’entendis alors une voix forte crier du Ciel : 

« Elles sont jugées toutes les Babylone de la Terre ! Malheur à ceux par qui le malheur arrive ! »

Je vis alors les empires se faire la guerre. L’empire du Milieu contre l’empire du dollar. L’empire d’Allah contre l’empire des infidèles. L’empire de la tyrannie contre l’empire du laxisme. L’empire de la technologie contre l’empire des rêveurs.

Leurs stratégies de guerre étaient subtiles et perfides. Et nombreux furent les doux à se faire aveugler et à se laisser dominer.

Les uns citaient Mao qui avait dit : « Dans la guerre, on ne saurait abuser de la tromperie. »

D’autres citaient Mohammed qui avait dit : « La guerre n’est que stratagème » et pour qui de nombreuses stratégies sont bonnes : parfois le terrorisme, d’autres fois la dissimulation (taqiyya). Tous pouvaient être d’accord avec ce proverbe cité par Ibn al-Qayyim : « Si tu ne peux pas couper la main de tes ennemis, embrasse-la ».

Je vis de nombreux visages de rois, de présidents et de directeurs, avides de domination. Tous cherchaient à étendre leur pouvoir. Et sur leurs couronnes, il était écrit : « Le Bienfaiteur », « Le Puissant », « Le Célèbre », « Le Riche », « Le Sage », « La Star » … 

La puissance de destruction des uns était limitée par la puissance de destruction des autres. Et les colères de tous ne firent que s’amplifier.

À ce moment, je fus transportée en esprit à Jérusalem. Et le messager me fit voir la ville avec les yeux du physicien passionné par les prophètes (note 2).

Je vis des Juifs de toute la Terre s’y rassembler. De retour de leur captivité, ils aspirent à vivre en sécurité. Les terres reverdissent et le pays devient riche. Mais de nombreux peuples sont jaloux des Juifs et veulent leur destruction. C’est alors que: 

« Gog du pays de Magog, excite contre eux les nations environnantes, la Perse, l’Arabie, l’Afrique et les nations du nord de l’Asie et de l’Europe, pour qu’elles prennent part au butin. Et Dieu détruit entièrement cette puissante armée, pour que les nations apprennent que désormais les Juifs, jadis exilés en captivité pour leurs péchés, sont cependant devenus invincibles, depuis leur retour, du fait de leur sainteté.» (Newton)

J’étais terrifiée en voyant l’Iran, l’Arabie, l’Afrique et l’Europe s’unir pour détruire Israël. Mais j’étais encore plus terrifiée en voyant que Jérusalem est loin d’être sainte et donc que la victoire de Dieu tarde à venir.

Le messager me dit : « Regarde encore ».

Je vis alors les puissances de l’Antéchrist faire partout la guerre aux fidèles du Messie couronné d’épines. Et beaucoup d’entre eux moururent. Une fois encore, j’ai pleuré.

C’est à ce moment que je vis une Lumière éblouissante chasser les forces maléfiques. Et une voix forte du ciel cria : 

« La chute de Babylone est arrivée ! Malheur aux adultères et aux accapareurs, aux dominateurs et aux destructeurs. Voici l’heure de votre destruction. »

Il me fut montré un trou terrifiant, comme celui d’un trou noir. Il absorbait tout ce qui gravitait autour de lui. En lui, je vis être engloutis diables et démons, couronnes futiles et virus…

Puis je vis à nouveau la Lumière, plus resplendissante que mille soleils. « Quelle est cette Lumière ? » ai-je demandé au messager.

Et il me répondit : 

« C’est le serviteur des serviteurs qui est le Seigneur des seigneurs. »

Des chœurs se mirent à chanter : 

« Kadosh ! Kadosh ! Kadosh !

Saint ! Saint ! Saint !

À l’agneau de Dieu et au lion de Juda est 

la victoire pour les siècles des siècles !!! »

Je fus transportée en esprit vers la nouvelle Jérusalem sanctifiée. Avec joie, le messager me glissa à l’oreille: 

« La femme est bien l’avenir des hommes ! Regarde ! »

Et je vis des êtres humains de toutes les familles de la Terre se réveiller des tombes et se retrouver dans l’allégresse. 

« Nous voilà réunis ! Nous voilà réunis ! » chantaient-ils. « Le temps du deuil est enfin fini ! »

L’heure des grandes Retrouvailles avait sonné. Toutes les larmes avaient été séchées. Et tous les virus étaient détruits.

Je vis alors cette multitude d’êtres humains se rapprocher, puis s’assembler pour former un seul Corps, le Corps d’une éblouissante femme. Elle était telle une princesse prête à se marier. Mais sur sa tête, il y avait une couronne d’épines.

Je vis s’approcher à ce moment un Prince éblouissant de beauté. Sur sa tête, il y avait la même couronne d’épines. Le Prince rayonnait de force et de bonté. Et son amour pour la Princesse semblait infini.

Alors le Roi des rois s’approcha du Prince et de la Princesse. Il enleva leurs couronnes d’épines et il déposa sur leurs têtes des couronnes en or.

Le Prince et la Princesse se préparaient à entrer dans un Palais orné de milliards de pierres précieuses. Le messager me dit : 

« Ces pierres précieuses sont les belles créations des humains. Elles proviennent de toutes les nations. Rien n’a été perdu ».

En m’approchant, je vis un nombre infini de sourires gratuits et de gestes de tendresse. Je vis aussi un nombre incalculable de créations en tout genre. Chacune avait été faite avec amour.

Lorsque le Prince et la Princesse entrèrent dans le Palais, tous les anges, tous les animaux et toutes les créatures laissèrent éclater leur joie !

Le Prince prit la coupe contenant le nectar de la vie et l’offrit à sa bien-aimée.

Vitrail de Marc Chagall

Pour les siècles des siècles, le Prince et la Princesse donnèrent libre cours à leurs désirs infinis. Et de leur amour naquirent des univers de toute beauté, rayonnants de bonheur, qui jamais encore n’avaient été imaginés…

* * *

Li Ying et Shafique Keshavjee


[1] L’apôtre Jean dans le livre de l’Apocalypse (chapitre 6).

[2] C’est ainsi qu’Isaac Newton, fasciné par les prophéties de l’Ancien Testament et de l’Apocalypse, avait vu l’avenir de Jérusalem. Son écrit date du milieu des années 1680 (Ecrits sur la religion, Paris, Gallimard, 1996, p.259).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :