La beauté est dans le regard

« La beauté est dans le regard. »

Mademoiselle Li
Mademoiselle Li

Depuis quelques jours, mon nouveau livre La Couronne et les virus est disponible dans les librairies. (Les premiers articles de presse et émissions de tv ou de radio ont paru, merci aux journalistes!, je les signalerai une autre fois).

La beauté et le bonheur

Cette parole de Mlle Li, une des héroïnes de l’histoire, apparaît dans une page (p.34) où elle me/nous parle de « BB ». De la Beauté et du Bonheur.

« Qu’est-ce que la Beauté et le Bonheur ? Comme vous le savez, un des mots pour Beauté en hébreu est tov. Qui peut aussi être traduit par Bonté. La beauté est bonne et la bonté est belle. Encore faut-il les voir. Le Livre des livres (la Bible) affirme qu’Aleph (le Mystère de l’Infini) est à l’origine de la Lumière. Et tout aussi important, il est dit : « Aleph vit que la lumière était tov. » La beauté est dans le regard. Malheureusement, beaucoup de regards sont aujourd’hui malades, viciés, pour ne pas dire vicieux, c’est-à-dire sans vertu. Le poète taoïste a dit que le monde agit sans vertu. On pourrait préciser : Le monde agit sans vertu car il regarde sans vertu. »

Mais pour elle, BB c’est aussi une autre réalité!

Brigitte Bardot

« BB, c’est Beauté et Bonheur. C’est aussi Brigitte Bardot! Elle fit fantasmer toute une génération d’hommes, avides de sa beauté. « Et Dieu créa la femme ! » Elle fit désespérer toute une génération de femmes, jalouses de sa beauté. BB est-elle belle ? Voici deux images d’elle. Une où elle était jeune, au sommet de sa gloire médiatique. L’autre, aujourd’hui. Laquelle est la plus belle? »

Dans le livre, vous découvrirez sa réponse…

Lumière et vision binoculaire

En complément à ses propos, je dirais que pour bien regarder, nous avons besoin de lumière et d’une vision binoculaire.

Pour la lumière, cela est évident… La même réalité ou personne vue avec une bonne lumière, ou sans, est très différente. Voici deux photos (de ce matin) … une sans beaucoup de lumière (et de couleurs)…

Et une avec…

Nous avons besoin aussi d’une vision binoculaire.

Seuls deux regards différents et complémentaires nous donnent de la profondeur.

Aux éditions Saint-Augustin (où mon livre est co-édité avec les éditions HET-PRO), vous trouverez un très beau livre de méditations quotidiennes que je vous conseille vivement.

En ce jour du 30 mars, alors que nous allons célébrer Vendredi Saint et Pâques, nous lisons cette stimulante méditation du dominicain Timothy Radcliffe. Il nous invite à écouter simultanément deux histoires. Je pourrais dire à développer une vision binoculaire sur le monde et nos vies.

Pour nous y exercer, je vous invite à regarder cette image (faite par un de mes frères, Alexandre, pour illustrer la couverture de ma thèse de doctorat consacrée à Mircea Eliade et à la « coïncidence des opposés »).

Pour qui sait regarder, un cube, mais deux faces…

Deux regards sont possibles.

Selon le regard porté, nous voyons soit le carré en bas à gauche comme la face du cube la plus proche de nous… Soit alors nous regardons le carré en haut à droite, et nous pouvons voir que le cube est orienté du bas vers le haut…

Il est impossible de voir le cube orienté en même temps vers le bas ou vers le haut. Seule la souplesse de deux regards différents permet de voir les deux orientations possibles.

Voici donc la méditation à deux visages de Timothy Radcliffe.

La gloire et la croix

« On peut raconter la mort comme deux histoires différentes: celle de quelque chose de terrible et celle de notre retour à la maison; celle de notre destruction finale et celle de notre libération à la fin de notre histoire et au début de la longue histoire de l’éternité. Pour voir le rapport entre ces deux histoires, revenons à la mort du Christ… Sa mort est une fin ignominieuse, honteuse, un échec, un abandon par Dieu et par les siens. Mais les Evangiles nous racontent en même temps une autre histoire. La mort de Jésus est en même temps une heure de gloire, quand le Fils de l’homme est élevé et attire tout à lui (Jean 12,32). La mort de Jésus est bien à la fois nuit noire et aube lumineuse. On peut raconter une histoire de Jésus, qui évoque les trente ans de la vie de cet homme et sa défaite finale, avec ce terrible cri de désolation sur la croix. Mais, le dimanche de Pâques, toute l’histoire est assumée dans la vie de Dieu. Et nous pouvons donc aussi parler de cette mort comme d’une victoire… Jésus est notre Seigneur, blessé, à jamais tué et vivant. Il est donc également juste de parler de la crucifixion en des termes qui évoquent le triomphe et le don de la vie. » (Calendrier Saint-Paul 2021, 30 mars).

La beauté est dans le regard, un regard éclairé qui intègre une vision binoculaire.

Et un beau regard permet de voir les terribles laideurs de nos vies (deuils, échecs, souffrances, pandémie…) dans une nouvelle perspective…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :