Noël, Nouvel An et le tambour

Il y a peu, par Olivier mon fils, j’ai découvert cette magnifique prestation du groupe Pentatonix « Little Drummer Boy ». Ce chant de Noël fut composé en 1941 par Katherine Kennicot Davis (1892-1980).

Voici les paroles de ce chant:

« Come they told me
Pa rum pum pum pum
A new born King to  see,
Our finest gifts we bring
To lay before the King
So to honor Him When we come.
Little Baby I am a poor boy too,
I have no gift to bring
That’s fit to give our King
Shall I play for you!
On my drum.
Mary nodded
The ox and lamb kept time
I played my drum for Him
I played my best for Him
Then He smiled at me
Me and my drum. »

Ces paroles toutes simples m’ont rappelé un autre chant de Noël, magnifiquement interprété par Enya et qui parle aussi de tambour.

 »One toy soldier stands alone
With his drum down by his side
One toy soldier on his own
With his drum to keep the time
He keeps the beat of marching feet
He keeps the beat so true
He’s one small toy for one small boy
But his heart is oh so blue
Who can mend my broken drum
Will it be as good as new
I must play when morning comes
If I don’t, what shall I do?
He keeps the beat of marching feet
He keeps the beat inside
While children sleep, in dreams so deep
There’s a secret he must hide
For he keeps the beat of marching feet
He keeps the beat so true
He wants to sing and hopes to bring
Happy Christmas Day to you Da, Da, Da…
He keeps the beat of marching feet
He keeps the beat inside
Someone has come to mend his drum
Now his heart lights up with pride
So he keeps the beat of marching feet
He keeps the beat so true
When morning comes, he plays his drum
Happy Christmas Day to you!
(Holidays are here again!) »

Ces deux chants ne sont pas sans lien avec le Psaume 81 qui, selon la tradition juive, est aussi associé au Nouvel An.

« Criez de joie pour Dieu notre force, acclamez le Dieu de Jacob. Mettez-vous à jouer, faites donner le tambour… »

Le tambour, c’est ce qui rythme nos vies. Et ce rythme intérieur, alors que le monde dort, contient le plus grand des secrets. Ce tambour, par les épreuves de la vie, est souvent brisé. Mais ces deux chants nous rappellent que par Noël le tambour peut être réparé. Et que le sourire du Nouveau-Né nous remet sur pieds.

A chacun et chacune je souhaite une année 2014 rythmée par le tambour de la grâce.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :